DANIEL COHN-BENDIT 1994 - 2014 - page 15

13
Onm’a souvent reproché cette explication générationnelle, aumotif qu'elle refou-
lerait l'explication par classes sociales. Maismême chez les ouvriers et les paysans,
ce sont les jeunes qui commencent la grève. Partout, les adultes, qui dominent la
société dans les années 68, se retrouvent face à une jeune génération qui leur dit :
« la guerre est finie. Nous voulons une autre société. » Politiquement, la révolte des
jeunes à Varsovie, en 68, n'a rien à voir avec celles de la France ou de l'Allemagne.
Nous sommes dans unpays communiste. Cemouvement part d'une pièce de théât-
re interdite et réclame la liberté de parole et le droit d'avoir des clubs de jazz. Cet
anti-autoritarisme contre les sociétés communistes bloquées enPologne trouve son
équivalent chez nous, même si nous rejetions le jazz de papa pour le rock de Jimi
Hendrix... Structurellement, il s'agit dumêmemouvement, partout sur la planète.
Même si la libertédesuns avait pour les autres les figures de l'oppression.
Vous définissez 68 comme une révolte existentielle, en somme !
Exactement! Lamajoritédesmanifestants voulaient prendre lepouvoir sur leur vie.
Que ce soit à l'usine, à la fac ou dans la vie privée et sexuelle... En fin de compte,
mai 68 est unmouvement dont la vulgate politique ne correspond pas à la réalité.
L'émotionpolitise le conflit d'unemanière tout à fait inattendue et, pour l'époque,
politiquement incorrecte.
Nous, les libertaires, avionscomme références leFrontpopulaire, laCatalogne libre,
les conseils ouvriers...Mais nosmots d'ordre étaient surréalistes, poétiques : « soyez
réaliste, demandez l'impossible », « la bourgeoisie n'a qu'un plaisir, c'est de les dét-
ruire tous ! ».
Et pourtant, ces slogans ne cessent d'être commentés comme des programmes
politiques. Comment l'expliquez-vous ?
Il est troublant devoir cesphrases reprises aupiedde la lettre. Onoublieque « il est
interdit d'interdire » est une formule réversible, qui signifie aussi qu'il est interdit
d'interdired'interdire ! Il faut êtrecomplètement coincédans sa têtepourprétendre
que l'incivilitédans les collèges et lesbanlieuesaujourd'hui, vientd’un slogande68
: « il est interdit d'interdire »...
Ladroiteattaquemai 68mais finalement, trèspeudepersonnalitésdegauche
s’en revendiquent...
Effectivement, à part moi, les seuls à s'en réclamer sont à l'extrême-gauche. Mais
eux veulent « réussir » Mai 68, c'est-à-dire faire la révolution que nous n’avons pas
menéeaubout. C'estmal comprendre cequi s’estpassé car, àpart quelques groupes
politisés, personne ne voulait prendre le pouvoir. Il s'agissait de bien autre chose.
Pourmoi, tout le symbolede68 résidedans le slogan : « nous sommes tous des juifs
allemands», qui a été repris spontanément dans les manifestations le lendemain
demon expulsionde France. Vingt-trois ans après la guerre, la France pouvait crier
cela, c’est extraordinaire !
1...,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14 16,17,18,19,20,21,22,23,24,25,...206