Daniel Cohn-Bendit

Drames de l'immigration: «Il faut ouvrir l'Europe», estime Cohn-Bendit

 

NAUFRAGES - En dix jours, deux naufrages meurtriers près de Lampedusa et Malte ont fait des centaines de victimes...

L'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit a dénoncé samedi sur France 3 Midi-Pyrénées «la politique aberrante d'immigration» des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne et a estimé qu'il «faut ouvrir l'Europe» pour éviter que se reproduise les naufrages d'immigrés clandestins.

Un naufrage au sud de Malte a coûté la vie vendredi à des dizaines de migrants, en majorité syriens, huit jours après la mort près de Lampedusa (Italie) de 359 personnes qui fuyaient la Corne de l'Afrique.

«Une politique aberrante d'immigration»

«Il faut ouvrir l'Europe, donner une possibilité légale de rentrer en Europe, tant qu'on ne le fera pas, on aura les horreurs de Lampedusa: Les responsables ce n'est pas l'Europe, ce sont les gouvernements des différents pays (...) ce sont les ministres de l'Intérieur des Etats européens, le ministre français, le ministre allemand (...) qui décident d'une politique aberrante d'immigration qui fait que des gens meurent», a déclaré Daniel Cohn-Bendit, en marge d'un colloque de Libération sur l'Energie à Toulouse.

«Ils n'y arriveront pas, il ne tiendront pas» a répété l'eurodéputé en mettant en cause la politique des gouvernements.

L'indifférence des décideurs, ce «problème»

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta a appelé ce samedi l'Union européenne à mettre en oeuvre «immédiatement» Eurosur, système de surveillance des frontières de l'UE avec les pays de la Méditerranée. Le ministre italien des transports Maurizio Lupi a quant à lui affirmé que «l'indifférence avec laquelle l'Europe a fait face à ces questions est un problème».

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a de son côté souhaité «des mesures qui traitent les causes profondes (de ces naufrages) et qui soient centrées sur la vulnérabilité et le respect des droits de l'homme des migrants».

Enfin, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a prôné la tenue d'un sommet sur l'émigration «pour conjurer de nouvelles tragédies», qualifiant les naufrages meurtiers de migrants au large de Lampedusa d'«horreur particulière et inadmissible».

Avec AFP